Carnets Lyriques d’un Exilé, feuillet n°3

La trouble (double ?) personnalité de notre hôtesse m’inspira l’écriture de ces quelques lignes :

Ode à l’Hôt(r)e

Ton nom je le connais.
Dans ma langue tu m’as accueilli.
Et pourtant j’hésite
Troublé par ce doute qui m’habite.

Ton sourire tu me l’as accordé,
A ta table tu m’as invité,
Et je ne puis pourtant deviner,
Ce qu’en retour tu peux désirer.

J’ai bien vu qu’à mes amis
Le même accueil tu as réservé.
Est-ce dans ta poche déformée
De la menue monnaie que j’ai vu pointer ?

Ultime trahison de l’étoffe
Qui d’un faux pli fait une affaire d’état.
Je préfère pourtant croire
Qu’il est bien tard et que je m’égare.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s