Carnets Lyriques d’un Exilé, feuillet n°6

Finalement, les efforts conjugués de Zorkal, d’Olochai, appuyé par Aorélinor, Krysten et moi, nous ont permis d’obtenir des espèces sonnantes et trébuchantes, puis de l’équipement. Je voulus quémander des habits de bonne facture, mais cela me fut refusé. Je grognais mais rentrais dans le rang, à l’explication de mes compagnons qui ne considéraient pas mon style vestimentaire comme « de première nécessité »… Béotiens. Il va falloir que je leur apprenne quelques petites choses sur la mode, et l’image que l’on donne à autrui par son style.

Nous avons finalement quitté le refuge, à mon grand regret. Heureusement, le beau temps m’a donné envie d’essayer cette tenue de voyage bas de gamme. Qui sait, peut-être pourrai-je l’user suffisamment pour en réclamer une nouvelle plus élégante à mes amis ? En attendant, je laisse la surveillance de Guillermo et la direction de la marche aux autres, et fermant le cortège, je compose encore :

Les armes sont affutées,
Les esprits échauffés,
Et quittant le Monastère,
Nos Héros partent en guerre.

Brandissant outres et saucissons,
Nous marchions vers l’horizon,
Conscients de trouver devant nous l’aventure,
Quitte à trucider là-bas quelques crevures.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s