Carnets Lyriques d’un Exilé, feuillet n°7

Court essai sur la bouteille, composé un lendemain de cuite avec l’ami Olochai. Je crains d’avoir compromis maintes fois mon allure et ma réputation en m’avilissant par l’alcool, mais Lecteur, tu dois comprendre qu’il s’agissait à chaque fois de vins exceptionnels ! Quelle muse avait bien pu alors m’inspirer cette envolée ?!? Je m’interroge encore…

Bouteille,
Cylindre de verre à la verte robe,
Dans la douceur des guinguettes
A mon regard tu te dérobes.
Tu feras toujours mal à la tête !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s