La libération des orques, feuillet n°7

Actions d’Aorellinor

Après une rapide évaluation depuis le Vaisseau Volant, situé un peu au-dessus des berges, pour déterminer où mes talents seraient le plus efficaces, je préfère accompagner Krys’ten – qui aura certainement besoin d’un esprit vigilant et affuté comme le mien – et Grisoeil – respectant en cela le serment de sang échangé avec ce dernier – et aider à la libération des orques. Cette libération, outre le fait qu’elle correspond tout à fait à ma quête personnelle de liberté et d’émancipation de l’Empire Théran, pourra nous procurer des alliés combattifs, éprouvés, et rebelles comme il conviendra au futur équipage de notre Vaisseau des Airs, qui deviendra le nouveau symbole de la lutte contre l’Empire Théran et pour la Liberté !
En repérant une élévation de terrain, ou le palan s’il est possible de le rejoindre rapidement, me permettant d’avoir une bonne vue d’ensemble, je profite des cordages pour atterrir sur ce promontoire stratégique.
[Si ce n’est pas possible sans de grandes manoeuvres prenant trop de temps et/ou dangereuses, je me trouve le recoin le plus éloigné de l’invasion des sylphelins cadavéreux. Il ne faudrait pas que ma concentration soit perturbe car ce serait alors dangereux pour Krys’ten si elle était privée de moa précieuse aide.]
A partir de là, j’utilise cette énergie de révolte pour lancer mes sorts de la manière la plus efficace. Des dagues mentales sur un adversaire qui risquait de prendre un avantage. Un trait de feu sur un groupe théran ou une tente qui peut s’écrouler sur des thérans en train de se rassembler.. Un sort de lévitation pour faire gagner un peu de hauteur soit à nos valeureux guerriers, Krys’ten en première, ou Grisoeil s’ils ont besoin de faire une manouevre d’évasion, ou encore les Thérans en les soulevant ainsi du sol et en les lâchant à 10m à un moment inattendu.

Evidemment en cas d’attaque directe sur moi, je me concentre sur l’éventuel fou suicidaire qui aura choisi une mort magique plutôt qu’une mort physique, irrité par cette perte de temps qui risque de mettre mes compagnons en difficulté, privés pendant quelques instants de ma magie surpuissante.

Pendant toutes ces attaques, je conserve ma lucidité pour évaluer en permanence la situation d’ensemble.
Je ne laisserai aucun débordement nous surprendre, et mieux je repérerai les failles dans les défenses adverses pour les enfoncer en guidant par des ordres brefs et clairs – d’où un autre intérêt de ma position judicieusement choisie – tous nos guerriers, toujours en priorité Krys’ten et Grisoeil, mais aussi tous les autres orques, y compris ceux libérés au fur et à mesure. Je les incite d’ailleurs à récupérer les armes et boucliers sur leurs adversaires afin de mieux sauver leurs frères encore retenus. Je les galvanise du mieux que je peux. [Hors-jeu: AO fait un peu son Gandalf qui défend Minas Thirith en organisant les soldats.]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s