Magie de sacrifice (projet)

Un personage peut choisir d’avoir recours à la Magie de sacrifice. Cette forme de Magie du sang désespérée entraine toujours la mort de son utilisateur. Elle permet toutefois au sacrifié de :

  • Récupérer tous ses points de Karma ;
  • Bénéficier du Talent [Sens du Sacrifice 4] pour toute la scène ?
  • Ignorer immédiatement toutes ses Conditions ;
  • Maudire un adversaire, un lieu, etc. (Trouble [Maudit 4]) ;
  • OU Créer l’architrame d’un objet magique (ou d’un lieu) en spécifiant le but de ce nouvel objet magique (ses Pouvoirs et Talents seront en lien avec le sacrifié, sa mort et ce but) ;
  • OU Sceller un Serment de sang avec une personne volontaire. Celle-ci recevra en héritage les points de Karma du mourant (à compter de manière séparée ; leur utilisation devra évoquer la mémoire du défunt) pour accomplir la tâche qui lui sera confiée (ex : Venger le mourant, protéger sa famille, etc.). Ces points de Karma ne pourront être utilisés que pour accomplir cette mission pendant un an et un jour. En cas d’échec, le personnage verra son nombre maximal de points de karma diminuer de 2 pendant un an et un jour. Le personnage sera marqué d’une cicatrice de [Serment de sang].
  • Repousser sa mort effective à la fin de la scène, de la journée ;
  • Décrire sa mort héroïque et ce que son sacrifice lui permet d’accomplir ;
  • Choisir une personne que son esprit accompagnera et guidera un temps avant de rejoindre le royaume de la Mort ou tout autre plan qui en tient lieu. Cet élu sera marqué d’un [Signe] et bénéficiera d’un Talent, d’une Clef ou d’un Pouvoir à définir (ex : Aide spectrale, Maître fantôme…).
Publicités

Carnets Lyriques d’un Exilé, feuillet n°4

Un court extrait d’une tentative d’hommage, créée pour la circonstance avec l’ami Olochai alors que nous rincions nos gosiers et nous réchauffions dans l’asile de Chantecroche. Lecteur, excuse la pauvreté de mes rimes, il est évident que ce soir là, l’émotion se disputait à la boisson, ce qui explique le résultat :

Buvons un coup, buvons en deux,
A la santé des amoureux,
A la santé de Santecroche !
Et merde pour l’Horreur du Kaer,
Qui nous a déclaré la guerre !

Suivi de cet extrait trivial (alors que nous commencions à rouler sous les tables,à la recherche d’une bouteille encore pleine) qui raconte notre passage dans les thermes si accueillants de Dame Ariel :

Olochai à peine lavé
Péta dans le bassin.
Les badauds effrayés
S’enfuirent très loin du bain.

Ceci dit, bien avant de céder aux avances de la déesse bouteille, j’avais essayé d’exprimer ma détresse après le vol de nos affaires sur la route, et surtout de mes beaux vêtements :

Rescapés du Kaer Bienheureux,
Nous partimes les yeux pleins d’espoir.
Mais les Thérans ignominieux
D’une robe de bure nous ôtèrent tout espoir.