2e lettre à Nadrang

Cher Nadrang,
Depuis votre retour de la Terra incognita où demeurent les tumulus des géants, tu as eu un peu de temps pour te consacrer à tes quêtes personnelles. Tu peux, au choix, t’être penché sur :

  • Les réceptions mondaines du royaume de Throal sont toujours un succès. Là, tu auras rencontré une héritière d’une petite Maison marchande de vieille noblesse, plaisante au regard et drôle. Le vice-roi, admiratif de tes exploits et flatté par l’intérêt que tu as porté à sa fille, t’auras proposé une promesse de mariage arrangé. Manifestement, il prendrait très mal un refus… Quelle aura été ta réponse ?
  • L’équipage formé pour compléter celui de l’Ouragan bleu. Tu auras appris à les connaitre, ce qui te permettra d’éviter certains problèmes à l’avenir, mais au prix d’un serment de sang lors d’une « initiation » à leur fraternité secrète. Et un serment de sang, cela ne se viole pas comme ça…
  • Le Heaume de Jamo le Bleu. Tu auras découvert, en faisant des recoupements entre le journal de l’amiral et les documents de la Grande bibliothèque, la connaissance-clef nécessaire pour activer un rang supérieur de pouvoir. Mais tu seras tombé sur un os (un problème à la clef).
    C’est le choix de Nadrang.

C’est par le culte du passé,
Moments fugaces,
Légendes surannées, 
Que l’historien mérite sa place.

Nul égotisme dans son action,
Ni de mercantilisme dans la démarche,
Ce Scribe par la Narration
Transmet aux futures générations.

-Nadrang, poète à ses heures

Alors que Nadrang étudiait d’anciens livres dans la Grande Bibliothèque de Throal, il fut accosté par une grande orque au ton glacial. Se présentant comme Cassiopée Dure-et-Forte, capitaine du Pluie de feu dans l’aéroflotte, celle-ci se réclama de la descendance de l’amiral Jamo le Bleu et fit savoir au nain qu’elle réclamait son héritage : le heaume de l’amiral et le commandement du Protecteur impérial.

Cassiopee Dure-et-Forte__orc_by_momo_deary-d6navgu

Cassiopée Dure-et-Forte, p’tite-p’tite-p’tite-p’tite-p’tite-p’tite fillote de Jamo le Bleu ?
co: Orc by Momo-Deary

Malgré cette rencontre malencontreuse, Nadrang découvrit une nouvelle connaissance-clef du heaume, à savoir que l’Assemblée trolle qui adopta l’Orque-devenu-Troll est celle des Cornes-de-Pierre dans les monts Délaris, et pu tisser un filament de rang 4 et d’activer une nouvelle capacité : la Fureur trolle de Jamo le Bleu au rang 1.

Publicités

Ambition et destinée des Héros

Aux Héros de la Fraternité azure

moirai__the_fates__by_freeda_meteora-d6g3gtsAmbition ou destinée, laquelle forgera réellement l’architrame des Héros ?

Chère Krys’Ten,

Jongleuse d’épées, l’avenir se forge à la pointe de l’épée et de la queue. Et pour cela, j’ai besoin de connaître ton ambition, à savoir les développements souhaités par Krys’Ten (trois choses), et ta destinée, à savoir ce que la Joueuse, la marionnettiste qui t’anime, souhaite pour Krys’Ten (au moins une chose). Ambition et destinée peuvent s’opposer ou au moins se parasiter.

Par exemple, le personnage peut vouloir sauver et marier une princesse pour vivre heureux et avoir beaucoup d’enfants, mais la Joueuse peut préférer que ce personnage n’arrive pas à ses fins, du moins pas facilement et pas complètement, préférant un chevalier maudit par le destin et affliger de la mort de sa princesse, fuyant les sbires de son royal beau-père.

Concrètement, cela m’aidera à vous proposer des choix intéressants pour vos intrigues personnelles et à rendre la campagne plus proche de vos désirs.

Ambitions de Krys’Ten:

  • Trouver son mentor;
  • Découvrir la Shivahala liée à la Fraternité azur;
  • Tuer les Thérans.

Destin: devenir commandante militaire de la flotte azur, être toujours la première à attaquer sans se contenter de donner des ordres.

Cher Nadrang,

Préféré des ondines, l’avenir est mouvant comme l’eau, insaisissable. Pour m’aider à l’entrevoir, j’ai besoin de connaître aussi ton ambition (3 choses) et ta destinée (au moins 1 chose).

Ambitions de Nadrang:

  • Unir les peuples de Barsaive contre l’oppresseur Théran;
  • Reconstituer la flotte de Jamo le Bleu en retrouvant et restaurant ses galions;
  • Écrire une oeuvre littero-poétique de grande ampleur (et à succès ), mêlant ses récits de voyages, récits guerriers, et considérations culturelles sur les découvertes faites pendant son périple.

Destin: accéder au repos bien mérité de l’aventurier vétéran et fatigué à travers une union matrimoniale financièrement intéressante et l’accession à la propriété (terrienne s’entend) privée.

Cher Paradim,

Propageur d’histoires, seuls les oracles écrivent l’avenir quand tu te contentes de rédiger le passé. Pour aider les oracles, j’ai besoin de connaître aussi ton ambition (3 choses) et ta destinée (au moins 1 chose).

Ambitions de Paradim:

  • Unir les peuples de Barsaive contre l’oppresseur Théran;
  • Reconstituer la flotte de Jamo le Bleu en retrouvant et restaurant ses galions;
  • Trouver un moyen de soigner les Passions folles.

Destin:  être corrompu par une horreur et utiliser ses pouvoirs dans un dernier sacrifice héroïque.

Lettre à Nadrang

Cher Nadrang, Mage des ondées, la princesse Hélicia s’est entretenue avec vous d’une affaire grave.
Une fois de plus, elle vous a affirmé combien il était crucial que le royaume de Throal noue une alliance avec les assemblées des Trolls de cristal et qu’il soit averti des incursions théranes et de la redécouverte du Protecteur impérial, pardon, de l’Ouragan bleu. Seul le royaume nain, d’ailleurs, sera capable de réellement renflouer la machine de guerre aérienne et de lui fournir un équipage discipliné et compétent.

Vous quittant sur ces paroles, Dame Hélicia est partie conférer avec ses gardes du corps, vous laissant le temps pour accomplir une chose, et une seule :

  • Poser les bases d’une alliance avec les deux clans trolls, ce qui facilitera vos futures entreprises dans ce sens. Mais vous devrez alors voyager pendant la dangereuse saison des tempêtes.
  • Recruter un équipage de trolls pour naviguer jusqu’à Throal avant la saison des tempêtes. L’équipage vos racontera de nombreuses légendes qui vous livrerons des clefs pour activer les pouvoirs du heaume de Jamo le Bleu.
  • Vous familiariser avec les artisans et les femmes du village, et acquérir ainsi des « atours honorables » de troll confectionnés avec tout l’art de la tannerie des fourrures, de la teinturerie et du filage de la laine, mais aussi de l’orfèvrerie de cristal des trolls.

Réponse de Nadrang:

-« Il est impératif que nous arrivions à Throal avant la mauvaise saison, on ne peut pas risquer de perdre le galion. J’aurais bien aimé m’assurer une solide alliance puissante grâce à la paix avec les deux tribus, mais ça attendra… »

Carnets Lyriques d’un Exilé, feuillet n°7

Court essai sur la bouteille, composé un lendemain de cuite avec l’ami Olochai. Je crains d’avoir compromis maintes fois mon allure et ma réputation en m’avilissant par l’alcool, mais Lecteur, tu dois comprendre qu’il s’agissait à chaque fois de vins exceptionnels ! Quelle muse avait bien pu alors m’inspirer cette envolée ?!? Je m’interroge encore…

Bouteille,
Cylindre de verre à la verte robe,
Dans la douceur des guinguettes
A mon regard tu te dérobes.
Tu feras toujours mal à la tête !

Carnets Lyriques d’un Exilé, feuillet n°6

Finalement, les efforts conjugués de Zorkal, d’Olochai, appuyé par Aorélinor, Krysten et moi, nous ont permis d’obtenir des espèces sonnantes et trébuchantes, puis de l’équipement. Je voulus quémander des habits de bonne facture, mais cela me fut refusé. Je grognais mais rentrais dans le rang, à l’explication de mes compagnons qui ne considéraient pas mon style vestimentaire comme « de première nécessité »… Béotiens. Il va falloir que je leur apprenne quelques petites choses sur la mode, et l’image que l’on donne à autrui par son style.

Nous avons finalement quitté le refuge, à mon grand regret. Heureusement, le beau temps m’a donné envie d’essayer cette tenue de voyage bas de gamme. Qui sait, peut-être pourrai-je l’user suffisamment pour en réclamer une nouvelle plus élégante à mes amis ? En attendant, je laisse la surveillance de Guillermo et la direction de la marche aux autres, et fermant le cortège, je compose encore :

Les armes sont affutées,
Les esprits échauffés,
Et quittant le Monastère,
Nos Héros partent en guerre.

Brandissant outres et saucissons,
Nous marchions vers l’horizon,
Conscients de trouver devant nous l’aventure,
Quitte à trucider là-bas quelques crevures.

Carnets Lyriques d’un Exilé, feuillet n°5

Ayant retouvé par le plus grand des hasard l’un des truands qui nous avait détroussé sur la route, nous avions projeté de l’occire, quand le gredin, un certain Guillermo Grisoeil, craignant pour sa survie et voyant les larges mimines d’Olochai se refermer sur son cou nous proposa de nous rendre le plus possible de nos affaires en échange de notre aide pour retrouver celui de ces complices qui l’avait doublé… Hu hu hu. Cette ironie du sort nous plongea dans un fou rire alimenté par la découverte du nom de l’indélicat : un nain nommé Doigt-D’or. Nous avons imaginé alors les sévices que ce sobriquet lui vaudrait lorsque nous l’aurions attrapé…

Nous (notre groupe de cinq aventuriers qui dans le malheur était devenu solidaire) avons finalement accepté cette offre tout en nous promettant de garder un oeil sur le Grisoeil dont nous nous sommes évidemment méfiés. Avant de partir, il nous fallait armes et équipements. L’étrange Troll nommé Zorkal se proposa alors d’intercéder auprès d’Ariel. je soupçonnait alors que celle-ci avait du, d’une manière ou d’une autre, succomber aux charmes de notre barde, mais j’écartais d’une pensée l’image de ce qui avait du se passer cette nuit là, ayant un doute bien fondé sur l’identité de notre belle hôtesse (que j’évoque dans mon « Ode à l’Hôt(r)e »). Le résultat de cette requête m’inspira ces quelques rimes :

Comment conter l’histoire d’un Diplomate
Qui devant l’Amant devient Tomate ?
Le récit du Troll qui bredouille,
Tout en reluquant ses fouilles ?

Implorant Ariel pour l’équipement,
Il en perd tout son argument.
Pressé par ses camarades désarmés
De remplacer au plus vite leurs épées.

Cette histoire est celle de Zorkal,
Un Troll vraiment peu banal,
Qui crut un jour faire requête
Pour avoir su jouer de sa quéquette.

Carnets Lyriques d’un Exilé, feuillet n°4

Un court extrait d’une tentative d’hommage, créée pour la circonstance avec l’ami Olochai alors que nous rincions nos gosiers et nous réchauffions dans l’asile de Chantecroche. Lecteur, excuse la pauvreté de mes rimes, il est évident que ce soir là, l’émotion se disputait à la boisson, ce qui explique le résultat :

Buvons un coup, buvons en deux,
A la santé des amoureux,
A la santé de Santecroche !
Et merde pour l’Horreur du Kaer,
Qui nous a déclaré la guerre !

Suivi de cet extrait trivial (alors que nous commencions à rouler sous les tables,à la recherche d’une bouteille encore pleine) qui raconte notre passage dans les thermes si accueillants de Dame Ariel :

Olochai à peine lavé
Péta dans le bassin.
Les badauds effrayés
S’enfuirent très loin du bain.

Ceci dit, bien avant de céder aux avances de la déesse bouteille, j’avais essayé d’exprimer ma détresse après le vol de nos affaires sur la route, et surtout de mes beaux vêtements :

Rescapés du Kaer Bienheureux,
Nous partimes les yeux pleins d’espoir.
Mais les Thérans ignominieux
D’une robe de bure nous ôtèrent tout espoir.

Carnets Lyriques d’un Exilé, feuillet n°3

La trouble (double ?) personnalité de notre hôtesse m’inspira l’écriture de ces quelques lignes :

Ode à l’Hôt(r)e

Ton nom je le connais.
Dans ma langue tu m’as accueilli.
Et pourtant j’hésite
Troublé par ce doute qui m’habite.

Ton sourire tu me l’as accordé,
A ta table tu m’as invité,
Et je ne puis pourtant deviner,
Ce qu’en retour tu peux désirer.

J’ai bien vu qu’à mes amis
Le même accueil tu as réservé.
Est-ce dans ta poche déformée
De la menue monnaie que j’ai vu pointer ?

Ultime trahison de l’étoffe
Qui d’un faux pli fait une affaire d’état.
Je préfère pourtant croire
Qu’il est bien tard et que je m’égare.

Carnets Lyriques d’un Exilé, feuillet n°2

Les vers ci-dessous, qui me sont revenus dernièrement en mémoire, sont bien antérieurs à notre périple. Ils reflètent bien mes dispositions pour le noble art du tissu et du vêtement :

Prodigieuse invention du métier à tisser.
Du néant et du tissu tu triomphes de l’impudeur,
Et devant mes yeux écarquillés,
Tu mets l’Ork en valeur.

Entrelas, dorures et points de croix,
Autant de précieux procédés
Qui font du lin rugueux et froid
Des atours dignes d’un roi.

Tristesse du prisonnier,
Ou punition du Théran,
Qui dans une triste uniformité,
Finiront mal fagotés.

Si voyageur en bonne compagnie
Fais grand cas du choix de tes habits
Dispute à ton hôte l’élégance,
Dont t’a doté un jour la Providence.